« Faut-il écouter les prostituées ? »

21 novembre 2011 § Poster un commentaire

Les prostituées refusent autant la stigmatisation de leur condition que le statut de victimes. Leur parole commence à être prise en compte.

« En face des déclarations officielles les plus dignes et les plus sûres, on accorde un crédit à des gens de la plus basse catégorie. Nous n’avons pas à porter aux nues les déclarations des souteneurs et des prostituées. » Ainsi s’exprime le 17 juillet 1919, Pierre Le Luc, représentant français au sein d’un comité d’experts chargé par la Société des Nations de faire un rapport sur la traite des femmes et des enfants. Le sociologue Jean-Michel Chaumont, qui a exhumé ces archives, montre comment ce comité a sciemment écarté certaines sources qui contredisaient les conclusions dramatiques auxquelles il souhaitait arriver : la traite existe, de nombreuses femmes en sont victimes, et il faut leur « porter secours » en les rapatriant dans leur pays d’origine…

… la suite ici

Abolition de la prostitution : ne pénalisez pas mes clients !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement « Faut-il écouter les prostituées ? » à Le Libre Arbitre.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :